Mai

On est loin de l’adage « Fais ce qu’il te plait ».
Jugeons plutôt :

La colonie poursuit son développement et atteint son maximum de couvain. La population continue de s’accroître rapidement et devient déjà capable de réaliser un surplus de récolte.

Début mai, les périodes de beau temps, de bonnes conditions météorologiques et l’abondance des fleurs fait que le poids des ruches s’accroît considérablement et une deuxième hausse sera donc placée.

Essaimage

Le changement dans le rythme de ponte de la reine va de pair avec l’apparition de l’essaimage.

La meilleure manière de résoudre ce problème de l’essaimage, consiste à adopter une stratégie de prévention cohérente :  donner de la place pour la ponte de la reine, ne pas garder de vieille reine, détecter les colonies essaimeuses et changer la reine, et en cas de surpopulation créer des nucléis.

Récupération et utilisation des essaims : les mettre en ruchettes, avec un cadre d’attache (cadre avec couvain, ou simplement un vieux cadre bâtit) et des cires gaufrées. On place la ruchette fermée au rucher et on met un nourrisseur avec un 50/50. On ouvrira le lendemain et on vérifiera la présence de la reine. S’ il n’y pas de couvain, un traitement à l’acide oxalique éliminera les varroas.

Récolte du miel

Vers la mi-mai quand les hausses sont presque operculées. On vérifie le taux d’humidité du miel, maximum 18% et s’il il fait plus, on peut éventuellement le sécher avec un déshumidificateur.

La veille du jour d’enlèvement des hausses, on place le chasse abeilles.  Le lendemain matin tôt, on retire les hausses vidées de leurs abeilles. Le travail de miellerie peut commencer.

Les hausses vides sont remises rapidement aux abeilles pour éviter l’encombrement du nid à couvain avec du nectar, ce qui provoquerait un essaimage.

Après la récolte, il y a un creux de miellée, il faut surveiller les ruches qui pourraient mourir de faim.

Élevage de reines

En Mai, c’est aussi l’élevage de reines.

Voilà une activité que tout apiculteur doit envisager sérieusement en choisissant sa colonie souche, sa méthode et établir un calendrier d’élevage précis, auquel il faudra se conformer strictement. Il faudra prévoir les ruchettes de fécondation. Il faudra assurer le suivi complet de la production de cellules et de la fécondation des reines.

La colonie souche sera sélectionnée principalement en fonction de sa productivité, de sa douceur et de son caractère peu essaimeuse.

Création de ruchette supplémentaire : Nucléi

Premier procédé : Sans prendre la reine.

D’une ruche surpeuplée d’abeilles, prendre 2 cadres d’abeilles avec du jeune couvain, œufs, larves et couvain fermé et un cadre de nourriture que l’on va placer dans une ruchette 6 cadres.

Placer au centre de celle-ci les deux cadres de couvain et de chaque côté placer une cire gaufrée. De chaque côté de ceux-ci pour compléter l’espace libre placer un cadre de cire déjà bâti.

Si vous n’en possédez pas, vous pouvez aller chercher dans une autre ruche des cadres de nourritures qui seront eux remplacés par des cires gaufrées. Je vous suggère après 2 jours, de vérifier le volume d’abeilles car ne l’oublions pas, les butineuses retourneront à la colonie mère. Il vous faudra y remettre des abeilles de la ruche dont vous avez fait le prélèvement.

Après 5 ou 6 jours vous pouvez aller constater si l’opération est réussie.

La construction par les abeilles de plusieurs cellules royales vous prouvera que le travail a été réussi. A partir de ce moment, vous ne dérangez plus votre ruchette.

A partir du moment où vous avez commencé l’opération un petit calcul s’impose. Le jour J est le jour où vous avez créé la ruchette. 6 jours plus tard, les CR sont operculées (fermées) et 7 jours de plus , sa majesté devrait naître.

Si le temps le permet, 10 jours pour la fécondation et probablement déjà un commencement de ponte. Vous voilà avec une colonie supplémentaire.

Deuxième procédé : En prenant la reine

Pratiquer de la même manière mais en prennent la reine, sauf que la colonie est terminée et qu’il y a déjà de la ponte.

Il y a juste à vérifier dans la ruche souche, 6 jours après l’opération, la création par les abeilles de plusieurs CR. Il ne faut en laisser qu’une ou deux à la rigueur. Une CR fermée et une ouverte, de cette façon la première reine qui sortira de sa cellule ira tuer sa consœur.

Surtout n’en oublier aucune autre sinon l’essaimage est assuré.

Voilà qui est dit, à vos planifications.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *