Info apicole
Attention, attention, ce moi de septembre
Apicultrices apiculteurs

Une attention toute particulière s’impose à ce jour !

Pourquoi, simplement pour vous prévenir de l’importance vitale de contrôler vos ruches.
En effet, en cette fin d’été plusieurs ruches se retrouvent sans reine.
Il est donc indispensable de vérifier si sa Majesté est toujours présente, s’il y a
du couvain fermé, s’il y a du couvain ouvert et s’il y a des oeufs.
A ce jour, bien des colonies ont été retrouvées orphelines.
S’il n’y avait pas eu l’introduction d’une nouvelle reine, la mort serait inévitable.
Je vous demande donc un peu de vigilance, un peu de courage pour une
dernière vérification.
La sauvegarde de votre cheptel en dépend.
Votre conseillé technique Claude du mouchti

Bientôt mars ! Que faire ?


-Il faudra nettoyer les plateaux.
-Vérifier, et au besoin éliminer les ruches à problème.
-Prévoir la première visite de printemps.
-Placer éventuellement un candi, au cas où.
Les jours rallongent mais le froid est toujours présent. Inutile de vouloir ouvrir sous prétexte de... Il vaut mieux un coup d’œil attentif sur ce qui ce passe sur la planche de vol, surtout par une belle journée ensoleillée. Je dis toujours qu’il faut laisser le temps au temps.
L’apiculteur que vous êtes doit vivre comme ses colonies, au rythme des floraisons. C’est le seul calendrier à respecter pour vos observations à la conduite du rucher.
La floraison du noisetier est le démarrage avec les premiers pollens. Viendront ensuite les saules avec des températures plus clémentes.
Après deux ou trois jours de beau temps et une température agréable, le nettoyage ou le changement de plateau peut être envisagé.
Si le beau temps se maintient, une ouverture des ruches peut être envisagée ; une évaluation de la situation vous permettra de gérer au mieux votre travail.

Le pollen et sa récolte.

Le pollen se récolte pendant les beaux jours du printemps.
En avril et mai, (pendant la plus forte explosion florale), les pissenlit, les fruitiers, l’aubépine etc…
Les trappes sont placées trois jours par semaine, voire plus s’il fait vraiment beau.
Si le temps est couvert et s’il pleut, elles sont retirées : cela permet aux abeilles d’aller, malgré tout, chercher une certaine quantité de ces protéines.

Le bac récolteur est vidé tous les jours en fin de journée car cela évite une éventuelle humidification supplémentaire.
Le pollen aussitôt recueilli est nettoyé (pattes, ailes etc…) et placé dans des petits sachets de congélation d’une contenance de 250 g. et seront ensuite placés en congélation.

Une partie de la production sera personnelle, une autre vendue à une clientèle avertie connaissant bien le produit.
Une autre partie sera redistribuée aux abeilles sous forme de candi dès le mois de septembre au moment où celui-ci fait défaut dans la région. Ce candi sera consommé pour la nourriture des jeunes larves. Ces abeilles mieux nourries pourront affronter l’hiver mieux charpentées.

Un autre candi également avec pollen sera placé sur les ruches dès le moi de février.
Il va venir à point pour les premiers élevages car ne l’oublions pas il faut +/- 40 jours pour qu’une abeille devienne butineuse.
La floraison de printemps peu débuter tôt en début d’année ( 2011 récolte fin avril)

La récolte n’est pas égale en poids, mais placer une trappe à toutes les ruches du même rucher sans quoi il peu y avoir dérive.

Bonne récolte. Claude.

Conception du matériel :

Le socle est posé sur un plancher, il permet d’y placer
une balance à tout moment. Il n’est pas indispensable.

Le plateau Nicot peu très bien être directement placé sur bloc ou poutrelles.

Le bac récolteur ce glisse sous le plateau Nicot dans la rainure.
Un cadre sera posé sur le plateau pour régler la hauteur de la grille.

Partie principale ou est incorporée la grille. Ce place et se retire par l’avant.


 

Avant les grands froids.

 

Après avoir effectué les contrôles sanitaires qui s’imposent contre la varroase, après avoir terminé nourrissement qui devait combler le manque dans les colonies, ces dernières méritent vraiment bien un bon repos hivernal. Mais encore, j’aimerais ajouter une petite réflexion qui a, à mon sens, une importance vitale pour la survie de vos abeilles.
Il se fait que, de plus en plus, et cela sans que personne ne peu puisse expliquer le phénomène, des reines disparaissent de leurs colonies. Sans savoir pourquoi ni comment, certaines colonies sont à ce jour orphelines. Il n’y a plus de reine. C’est tout juste s’il y a encore des cellules royales pour le remplacement de celle-ci. Je vous conseille donc de faire un petit contrôle ; cette vérification est plus que utile pour la survie de vos abeilles. Certaines colonies ont encore beaucoup de mâles et d’abeilles. Cela pourrait vous faire croire à une parfaite harmonie. Il n’en est probablement rien. De toute évidence une vérification s’impose car le fait de voir des œufs au fond des cellules ne signifie pas que la reine est en place. Il se pourrait que ce soit des ouvrières pondeuses ou une reine non fécondée ou mal formée.
Soyez attentifs faites très attention, votre regard sera un atout pour la survie de votre cheptel.

Claudy